100 ans du SNJ / 100 ans de la charte d’éthique

Ecrite par les journalistes ayant subits la censure durant la première guerre mondiale, la charte d’éthique a été rédigée quelques mois avant l’Armistice. Depuis un siècle, ce texte reste la référence dans le secteur de la presse, malgré quelques remaniements en 1938 et 2011. Quasiment au même moment, le Syndicat national des journalistes (SNJ) était créé dans le but de réguler la profession.
Profitant de ces deux anniversaires, le Club de la presse de Lyon a invité Vincent Lanier, Premier secrétaire général du SNJ, Alexandre Buisine, membre de la Commission déontologie du SNJ et Jean-François Cullafroz de la CFDT et qui a participé aux réflexions qui ont permis la rédaction de la loi Bloche dite loi «liberté, indépendance et pluralisme des médias». Rapidement, les échanges, critiques et inquiets, ont porté sur les dispositions du gouvernement Philippe envers les médias : Loi sur les fakenews, loi sur le secrets des affaires, etc.
Mais surtout, c’est le contexte dans lequel s’exerce le journalisme – au regard de la précarisation du secteur – qui a suscité le plus de questions : quel peut être le poids du syndicalisme dans l’accompagnement de la transformation du métier ? La question reste ouverte pour les années à venir et pour les générations qui viennent.

Aujourd’hui, la précarité touche 1/4 des journalistes encartés (CCD, pigistes ou demandeurs d’emploi). Entre 2016 et 2017, la CCIJP a enregistré une baisse de 0,6 des demandes. Un chiffre encourageant : en 2017, le nombre des premières demandes a augmenté.