All Posts By

Jean-Louis Rioual

Projection débat | Free Speech, de Tarquin Ramsay

Liberté d’expression : un film, un débat

Le Club de la presse de Lyon inaugurait jeudi 10 octobre un cycle de projections-débats sur les médias avec la projection, au Cinéma Opéra de Lyon, de « Free Speech – parler sans peur », documentaire (GB, Jupiter Films, 2018) de Tarquin Ramsay, et un débat avec les spectateurs en présence d’Alexandre Buisine (Syndicat national des journalistes), Mathilde Régis (Le Lanceur / Lyon Capitale) et Jacques (Trentesaux (Mediacités), animé par Christel Leca, vice-présidente du Club.

Le film propose une série de témoignages de hackers, journalistes et lanceurs d’alertes (Julian Assange, Jérémie Zimmermann, Sarah Harrison…) sur la liberté d’expression, ce qu’elle représente pour la démocratie et les atteintes qu’elle subit en occident, au travers de l’enquête au long cours (4 ans) d’un jeune journaliste britannique à la recherche d’une définition du concept. Si le documentaire reste décousu, il permet de connaître ou mieux connaître de grandes figures de l’internet libre et apôtres d’une liberté de communiquer sans entraves.

Le débat a été l’occasion d’évoquer des sujets d’actualité qui concernent notre pays : la loi sur les « fake news », votée la nuit précédente à l’Assemblée nationale, mais aussi la viralité sur le web, la loi de 1881 sur la presse, celle sur le secret des affaires. Il a permis de rappeler l’importance du travail d’enquête des journalistes, appuyés par les lanceurs d’alertes qui ont besoin de soutien, à l’image des Rencontres du Lanceur,  et d’outils de protection, à l’instar de la plateforme sécurisée lancée début octobre par Mediacités (Lanceurs d’enquêtes).
Christel Leca, vice-présidente du Club de la presse de Lyon

Remue-Méninges | « Dans 10 ans, des chercheurs imaginent un monde sans écrans »

Dans le cadre du premier atelier « Remue-Méninges » organisé par le Club de la presse, Jean-Marie Charon prévient d’emblée : il n’y a pas de recette magique pour les médias, mais des modèles économiques qui marchent, pour un temps seulement. Car la réalité s’avère extrêmement mouvante. « Les supports ne cessent de changer (tablettes, smartphones…). Dans 10 ans, certains chercheurs imaginent un monde sans écrans ».

Ainsi, les tendances se font et se défont. Demain les groupes de presse devront repenser leurs applications mobiles, les adapter à de nouvelles formes de projections. Ainsi, Jean-Marie Charon propose dans son dernier ouvrage Rédactions en invention, une boîte à outils des initiatives à l’œuvre dans les groupes de presse.
À la suite de l’atelier «Remue-méninges », il rencontrait les équipes du Progrès pour échanger sur les enjeux de la stratégie Digital First du groupe.

Le chercheur en a profité pour partager avec les adhérents du Club quelques-unes des tendances identifiées dans le paysage médiatique :

–      l’ouverture à de nouveaux profils de métiers comme les datas-journalistes et les développeurs

–      la mutualisation des rédactions autour de sujets d’enquêtes, la création de collectifs de journalistes

–      la mise en place de laboratoire au sein de la PQR (le Lab de Centre-France)

–      Le développement en Hollande d’une plateforme de micro-paiement pour payer à l’article, etc.

Chercheur associé à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Jean-Marie Charon vient de publier, aux éditions UPPR, « Rédactions en invention – essai sur les mutations des médias d’information ». Cet essai, concis et percutant, vient à la suite de nombreux autres, aux éditions La Découverte : Les médias en France (2014), La presse en ligne (2011), La presse magazine (2008), mais aussi chez Ina Éditions (Médias, opinions et présidentielles, 2012, avec Roland Cayrol), ed. Vuibert (Les journalistes et leur public : le grand malentendu, 2007), etc.

* Les ateliers « Remue-méninges » du Club de la presse vous invite tous les deux mois à une rencontre exceptionnelle avec un expert qui cogite sur les transformations à l’œuvre dans le secteur des médias.

Petit-Déjeuner Entreprises-Amies : Visite de TLM

 

Pour ouvrir la saison des rencontres médias destinées aux Entreprises-Amies du Club, TLM et son directeur Laurent Constantin ainsi que Jean-Pierre Vacher, le directeur d’antenne, ont ouvert les portes du média, le temps d’un petit-déjeuner le 28 septembre dernier. La plus ancienne TV locale, qui fête ses trente ans a, aujourd’hui, pour ambition de se développer et de s’étendre sur les départements limitrophes, d’implanter la marque TLM sur le territoire lyonnais. Et surtout, l’objectif de devenir un chaine d’information en continue ; nous en sauront plus cet automne.
TLM, c’est actuellement 20 emplois dont 12 à plein temps.

Têtes Chercheuses 2018 : La finale !

3e édition des Têtes Chercheuses – 19 septembre à Groupama Rhône-Alpes Auvergne (Lyon 9)
De nouvelles perspectives pour la presse multi-supports

Des reportages en réalité virtuelle, une matinale radio personnalisée, un site d’infos pour les sourds et muets… Les six finalistes du concours du Club de la presse de Lyon regorgeaient d’inventivité. Retour sur une soirée riche en contenu et en échanges.

18H40. La 3e édition du concours des Têtes Chercheuses s’ouvre. Près de 100 personnes ont pris place dans le confortable amphithéâtre du siège de Groupama Rhône-Alpes Auvergne. En régie, Stéphane et Melany, deux adhérents du Club de la presse s’activent pour lancer la retransmission de la soirée en live sur Facebook (à revoir ici).


Francis Thomine, le DG de Groupama inaugure la soirée avec un discours de présentation sur son entreprise qu’il veut transparente, créatrice d’emploi et humaniste.
Le jury de professionnels des médias se prépare à écouter activement les pitchs des six finalistes. Ils s’étaient déjà réunis quelques semaines plus tôt au sein du Silex de l’EM Lyon pour procéder à la sélection des finalistes. 26 dossiers avaient alors été étudiés de manière active et passionnée. Difficile de trancher face à des projets originaux et engagés.

Des pitchs de grande qualité

Carbone, la revue lyonnaise ouvre le bal. Ce magazine sur la culture des imaginaires se distingue par des illustrations soignées et une ligne éditoriale exigeante. Elle fait d’ailleurs participer des auteurs et designers de renom. Flush prend la suite. Autre média lyonnais, qui prépare le lancement d’un magazine qui ne manque pas de culot. En effet, cette revue traitera de l’actualité des toilettes. Un sujet au premier abord anodin mais dont la fondatrice Aude Lalo réussit à nous démontrer tout son intérêt et son actualité.


Les Croissants suit. Stanislas Signoud présente cette application qui livre chaque jour sur le mobile de ses abonnés une émission personnalisée selon leurs centres d’intérêt. Son équipe à Paris s’attèle à la préparation de l’édition du lendemain. Cet ancien développeur a mis sur pied un algorithme qui permet de réaliser cette sélection. Mais aussi de pousser des contenus hors des sujets de prédilection de ses abonnés. En effet la limite est pointée par l’un des jurys : le manque de contradiction et d’ouverture sur des sujets ne sont-ils pas une limite à ce média ?

Le jury reste en alerte, les questions toujours pertinentes. Dans la salle, l’auditoire apparaît captivé.

La journaliste Louise Gamichon s’installe au pupitre. Nous découvrons le média Laïcités. Une lettre d’informations envoyée chaque mois aux enseignant avec des actualités décryptées, des éclairages d’experts, des outils à utiliser en classe… Une version imprimable y est attachée. Pour elle « la laïcité et les religions sont devenus des thèmes incontournables – et épidermiques – de l’actualité. Dans un climat social crispé, il est parfois sensible pour les enseignants de les aborder sans se laisser déborder ».
Place à un autre univers avec la revue en réalité virtuelle, Targo. L’équipe parisienne réalise des tournages auprès de personnes aux histoires extraordinaires. Le lecteur se retrouve immergé dans des vies atypiques : celle de la championne du monde de chute libre, de la famille Ouvrard, tous pilotes de montgolfières... Leur modèle économique est pour le moment tiré par le studio de production.

Media’Pi vient clôturer cette séquence. Sa fondatrice Noémie Churlet, sourde, est accompagnée par une interprète bénévole de l’association lyonnaise Crils. Dans la salle, nous méconnaissons les problématiques des sourds. Rare sont les médias intégrant la langue des signes dans leur dispositif. Media’PI se positionne ainsi comme le premier média
qui donne accès à l’information grâce à une production d’articles en LSF, français classique et français facile, sous forme de textes et de vidéos sous-titrées. Les questions abondent, la curiosité des jurys et de la salle s’avère intarissable.

Délibération et surprises

Mais il est temps de passer à la délibération du jury pour élire le grand gagnant. Pendant ce temps, le co-fondateur du site d’informations les Jours, Sofian Fanen vient répondre aux questions de Laurent Burlet, administrateur du Club de la presse et co-fondateur de Rue 89 Lyon. Ce site qui a décidé de suivre ses sujets sous forme d’épisodes va recevoir le prix du Club de la presse. Chaque année ce prix est décerné à un média installé qui a réussi à valider la pertinence de son projet.

Après 40 minutes de vifs échanges entre les membres du jury, ils rejoignent l’auditorium pour révéler le nom du vainqueur.
Les lauréats cette année : le responsable partenariats Thomas Trayssac d’Orange, remet au site Les Jours, le prix du Club de la presse.
Les Croissants est le grand gagnant. Patrick Rakotondranahy, le directeur territorial Lyon Métropole d’Enedis lui remet en effet le prix Jeune Pousse. Le jury a aussi eu un prix Coup de cœur pour Media’Pi.

21h30. Place aux cocktails au sein de l’agréable patio du siège de Groupama pour prolonger les débats.

Maeva Melano, présidente du Club de la presse de Lyon.

 

Le Club pigiste accueille Edwige Jamin coordinatrice du Clemi à Lyon.

Depuis trente ans, le Clemi (Centre pour l’éducation aux médias et à l’information) tisse un lien entre le monde enseignant, les élèves et les professionnels des médias, avec un temps fort dans l’année : la Semaine de la presse et des médias à l’école au mois de mars. Le Clemi organise également dans l’académie lyonnaise le concours Médiatiks  pour valoriser les travaux des lycéens sans oublier Wikiconcours, Arte reportage qui complètent les appels à projets de l’Education nationale dans ce domaine.

En mettant à disposition de nombreux outils documentaires, la mission du Clemi est d’accompagner les élèves (mais aussi les professeurs et des parents) face à l’ensemble des canaux d’information auxquels sont soumis les jeunes, avec un objectif : développer leur esprit critique. Un enjeu de société comme l’a souligné la ministre de la culture Françoise Nyssen à Tours en mars dernier lors des Assises internationales du Journalisme.
Complostisme, défiance vis à vis du travail journalistique, difficulté de discerner les sources d’information crédibles, etc. autant de sujets que prennent à bras le corps les professionnels de l’information mais aussi les enseignants (souvent démunis). C’est pour cette raison et dans un cadre de prévention que le Club de la presse de Lyon s’associe au Clemi pour fédérer les compétences de ses membres et les besoins des enseignants.

Contactez le Club sur les dispositifs que nous mettrons en place dans les mois à venir sur la question de l’éducation au média.

Bureau 2018/2019 du Club

Mercredi 4 juillet 2018, le conseil d’administration du Club de la presse de Lyon a élu son nouveau bureau, et sa nouvelle présidente : Maeva Melano-Costamagna.

Bureau :

  • Présidente : Maeva Melano-Costamagna (Indépendante)
  • Vice-présidente : Christel Leca (Journaliste environnement)
  • Secrétaire : Anthony Diao (l’Esprit du Judo)
  • Secrétaire-adjoint : Mélany Marfella (La Tribune de Lyon – La Croixroussienne)
  • Trésorier : Fabien Collini  (Petit homme Production)
  • Trésorière adjointe : Anthony Côte (Nouveau média)

Administrateurs :

– Collège journalistes : Laurent Burlet (Rue89 Lyon), Sophie Esposito (AEF), Zoe Favre-d’Anne (Le Progrès), Mathieu Ozanam (InterMédia), Thibaut Solano (Indépendant)
– Collège communicants : Laurence Ehrmann (VINCI Construction France)
– Collège Entreprises amies : Françoise Estienne (EDF)

Juin 2018 : assemblée générale du Club de la presse de Lyon

Juin 2018 : assemblée générale du Club de la presse de Lyon

L’Assemblée générale du Club de la presse de Lyon s’est réunie vendredi 22 juin 2018.

Elle a élu quatre nouveaux administrateurs : Laurent Burlet (Directeur de la publication de Rue89 Lyon), Zoé Favre d’Anne (journaliste pigiste), Mathieu Ozanam (rédacteur en chef d’Intermédia) et Thibaut Solano (journaliste pigiste). Ils complètent l’équipe du Conseil d’administration déjà en place : Christel Leca, Maéva Mélano, Mélany Marfella, Anthony Diao, Fabien Collini, Sophie Esposito, Anthony Cote.

Françoise Estienne représente le collège du Cercle des Entreprises-amies et Laurence Ehrmann, le collège des communicants du Club.

Visite à France 3 Toutes Régions par le Cercle des Entreprises-Amies du Club de la presse de Lyon

Pour clore la saison du Cercle des Entreprises-Amies du Club de la presse de Lyon, la visite des locaux à Vaise (Lyon 9) de France 3 Toutes régions a permis de dévoiler cette chaîne discrète dans le paysage médiatique lyonnais.

Basée depuis 20 ans à Lyon, France 3 Toutes Régions (FTR)  se démarquent de sa voisine de la Part Dieu, France 3 Auvergne-Rhône-Alpes en lui étant totalement indépendante. Ses 54 salariés (journalistes, techniciens et personnels administratifs) permettent de produire quotidiennement du contenu (« L’instant R », « Météo à la carte », « On a la solution », « Edition toutes régions », « Culture box », etc.) pour le réseaux des France 3 mais aussi pour France info (7 sujets par jour sont produits pour cette dernière).

Son nouveau rédacteur en chef, Antoine Armand a insisté sur la ligne éditoriale fondée sur le constructive news et le traitement de l’information qui met en exergue l’innovation, les initiatives associatives et locales, etc.

Têtes Chercheuses 2018 : Et les finalistes sont…

Le jury des Têtes Chercheuses s’est réuni hier, jeudi 21 juin, au Silex, l’espace d’innovation de l’EM Lyon. Après deux heures de délibération et d’âpres discussions, il a sélectionné six finalistes parmi les 18 dossiers reçus :

– Carbone –
– Flush –
– Laïcités –
 Les Croissants –
– Média pi ! –
– Targo –

Les porteurs de projets pitcheront leur projet le 19 septembre prochain à Groupama Rhône-Alpes-Auvergne. Avant cette grande finale, ils se réuniront à la fin du mois d’août au Tank Média et s’entraîneront à cet exercice de présentation avec les professionnels installés dans l’incubateur parisien.

Le jury des Têtes Chercheuses 2018 présidé par Christel Leca (présidente du Club de la presse de Lyon) est composé de :

Alexander Bell (EM Lyon) / Barbara Chazelle (Méta Média) / Philippe Couve (Samsa.fr) / Patrick Girard (ISCPA Lyon) / Julien Kostrèche (Ouest Médialab) / Emmanuelle Leneuf (FlashTweet) / Mathieu Maire-du-Poset (Tank média) / Jacques Simonet (InterMédia) / Jacques Trentesaux (Médiacités)

Continuez à nous suivre sur Facebook et Twitter.

                  

Atelier numérique : la Blockchain

Cela devait être une simple approche didactique de la Blockchain.
Les participants de cet atelier animé par Aurore Galves et Jérémy Chambrade de l’association Crypto Lyon ont pu avoir la pleine étendue de ce que peut proposer cette base de données chiffrée. Ouvrant l’ère du web 3.0, soit l’internet des transactions, la blockchain pourrait se définir comme « un échange de valeur dématérialisé entre personnes du monde entier, sans tiers de confiance, et de façon sécurisé grâce à la cryptographie« .

Si les premiers messages codés remontent à l’antiquité, à – 1500 Av. JC et un manuel d’une poterie où il manquait délibérément certaines lettres, le XXè siècle, grâce à l’évolution technologique, a vu l’essor d’échanges difficilement déchiffrables d’abord dans le champ militaire (Navaro Code, Code Enigma, etc.) puis dans le domaine économique. En 2009, dans le flux de la crise des subprime, le Bitcoin est apparu. Avec un impératif : échanger de la monnaie de manière la plus sécurisée possible mais aussi en assurant la transparence des transmissions : les blocs qui définissent la blockchain détiennent ainsi les informations du bloc précédent, ce qui permet de tracer les données et éventuellement leurs auteurs. Les perspectives sont alors immenses puisque la Blockchain nous obligent à repenser nos modèles économiques, écologiques, technologiques.

La présentation de l’atelier et le contact d’Aurore Galves et Jérémy Chambrade sont disponibles au Club sur demande.

X