*La vie du club

Jean-François Marguerin invité du Club de la presse

By 4 septembre 2014 No Comments

dej drac1

Initiatives numériques pour les journées européennes du patrimoine et nouvelles aides à la culture en milieu rural au menu du déjeuner avec le Directeur régional des Affaires culturelles.

« Je suis un haut fonctionnaire qui a eu le bonheur de passer de l’autre côté du miroir », s’est lui-même défini Jean-François Marguerin devant les adhérents journalistes du Club.

Invité du premier déjeuner-presse de la rentrée jeudi 4 septembre, le Directeur régional des Affaires culturelles en Rhône-Alpes a levé le voile sur quelques nouveautés des Journées européennes du patrimoine qui se dérouleront le week-end des 21 et 21 septembre prochains. Dans une région où plus de 2 000 sites et monuments seront ouverts exceptionnellement au public -Rhône-Alpes est la première région en termes du nombre de sites- Jean-François Marguerin a mis en avant deux initiatives inédites. En premier lieu l’enrichissement de la web-application Patrimoines en Rhône-Alpes lancée l’an passée. « Un nouvel outil qui donne les clés en termes simples pour tout le monde », a expliqué le Drac pour qui le numérique est « un sujet essentiel ». Cette web-application geolocalisée apportera aux visiteurs des informations complémentaires notamment sur le patrimoine naturel, thématique de ces 31e Journées du patrimoine. L’application accessible depuis tablettes et smartphones donnera la possibilité de partager des commentaires sur les réseaux sociaux.

Autre innovation souhaitée par Jean-François Marguerin, celle-ci se situera dans ses propres locaux du quai Saint-Vincent. L’an passé, le Grenier d’abondance, siège de la Drac, avait été le théâtre d’une visite en réalité augmentée poétique. Cette année encore des surprises attendront les visiteurs avec Les Hommes debout que les Lyonnais avaient pu apprécier lors de la fête des Lumières 2009.

dej drac2

Si le Drac fait entrer de plain-pied le numérique et les nouvelles technologies dans le patrimoine rhônalpin, il souhaite également faire revenir la culture dans les secteurs géographiques oubliés. En tout cas regagner les secteurs géographiques dont celle-ci est absente pour coller à la tache de démocratisation de la culture attachée à son ministère. Après avoir cartographié les équipements de la région à la manière des autres ministères, la Drac a contacté une quarantaine de collectivités locales pour leur proposer une convention de développement aux arts et à la culture tout au long de la vie. Une trentaine d’intercommunalités a répondu favorablement et vingt cinq résidences d’auteurs vont être prochainement créées sur ces territoires, première étape de la convention. L’aide de la Drac sur ces projets ne viendront pas en substitution d’actions actuellement menées mais seront « un plus », souhaite Jean-François Marguerin, qui a confié sa recette pour inciter les maires à s’inscrire dans cette nouvelle démarche: « Je leur demande simplement où sont, dans leur commune et leur intercommunalité, où sont les piscines, les stades et les gymnases de l’éducation culturelle ».

 

X