*La vie du club

Les missions du général Chavancy

By 25 février 2015 No Comments

Invité du Club de la presse, le général Pierre Chavancy, Gouverneur militaire de Lyon a passé en revue mercredi les missions des troupes qu’il commande dans la Zone de défense Sud-Est. De l’engagement en ville dans l’opération Sentinelle aux unités déployées à l’étranger, en passant par l’actualité des drones.

Gl Chavancy

« Nos hommes ne sont pas des plantons, ils effectuent comme à Bangui et Gao du contrôle de zone dynamique. Ils ne sont pas à côté ou à la place des policiers et gendarmes, c’est autre chose« .  Pierre Chavancy, général gouverneur militaire de Lyon et chef de militaires de l’armée de Terre pour les régions Rhône-Alpes, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Paca et Corse ne craint pas de faire de la sémantique pour expliquer le rôle des militaire déployés sur les points sensibles depuis le début du mois de janvier dans le cadre de l’opération Sentinelle. « l’Ultima ratio » que représentent les militaires, le gouverneur l’a connu sur les théâtres d’opérations extérieures où l’a conduit sa carrière de soldat. Arrivé l’été dernier à Lyon, le déjeuner du Club au restaurant Le Passage a été l’occasion pour les journalistes lyonnais de faire plus ample connaissance avec lui. « Deux choses sont essentielles, connaître l’histoire et la géographie » pour bien appréhender les situations a-t-il répété à plusieurs reprises. Le général Chavancy évoquait ses souvenir en Afghanistan, le message subliminal s’adressait peut-être également aux confrères…

Peu d’alertes aux drones dans le Sud-Est

Interrogé sur les vols de drones sur le territoire, le gouverneur militaire a indiqué qu’il convenait de « relativiser la situation » sur la zone Sud Est, car si une alerte intervient au moins chaque nuit « bien peu de cas sont avérés, y compris sur les sites sensibles« .

Si depuis le 7 janvier dernier la population s’est rapprochée de la police, le général Chavancy observe que dans la tradition de la bienveillante indifférence » observée envers les militaires, « le curseur s’est plus déplacée vers la bienveillance. Et les témoignages d’affection manifestés envers nos soldats déployés sont bien plus nombreux que les quelques épiphénomènes » qui ont marqué ces dernières semaines.

 

X